The Break (up)

Après une convalescence il faut se ménager, et y retourner en douceur…
Suite à mon arrêt de 6 semaines de sport total, j’ai pu constater différents stades de rejet complet de ma situation et d’acceptation.
ça fonctionne vraiment comme une relation et qu’on se fait plaquer.

Au début, déni total : « Mais c’est bon, pas de soucis c’est juste temporaire, c’est simplement un petit break… » Hum… comment dire, et bien non ma vieille, va falloir t’y faire et être patiente!
Ensuite, la phase de tristesse et de réalisation dramatique que c’est plus grave que ce qu’on pensait et que il va falloir s’accrocher pour ne pas déprimer et se venger le pot de glace au yaourt dans le congélo (oui, c’est mon talon d’Achille, la glace au yaourt)

Après, on a repris le temps, on s’est reposé, on s’est réhabitué à un mode de vie « sédentaire »… On a pesé le pour et le contre et on admet que la pause / arrêt était nécessaire. Resignation / Acceptation! Et on est plus indulgent avec soi-même. Et l’esprit surpasse le physique.

Comment donc se remettre dans le bain sans trop de courbatures ni envie de se pendre au premiers km de course à pieds en crachant ses poumons. Little by little is le maitre mot!

Déjà reprendre son activité sportive avec un niveau de débutant, c’est bien.. pour bien réchauffer les muscles endormis pendant des mois, car on a les quadriceps qui ont fondu et des mollets de coq, donc pour la premiere séance de gym, c’est clair qu’on  ne va pas direct passer aux 120 squats lestés de 40kg.

++ Un bon échauffement de 20-30mn (de toute façon la base, on est d’accord) et après des exercices posturants, qui ne feront pas mal au dos. Des étirements doux… un peu de grainage, et on arrive gentiment jusqu’aux exercices cardio par étapes. La muscu, pas encore tout de suite.

+ Boire beaucoup d’eau tout au long de l’effort et surtout ne pas forcer.

+ A la fin des étirements légers, s’auto-masser avec une balle de tennis (en roulant dessus de manière douce, parce-que ça peut faire des bleus si on y va trop fort!).

Yoga : on a pas arrêté les kriyas et le Pranayama! Très utiles pendant ces périodes de « relâchement » musculaire.
Ils permettent de se recentrer, de se concentrer sur la respiration et faire circuler l’énergie donc de continuer une pratique yogique plus intérieure, moins centrée sur les asanas, qui aidera à la reprise en se sentant moins rouillée!
Des salutations au soleil pendant 20 minutes et après des asanas, mais pas les variations avancées… on se préserve et on monte graduellement le niveau au fil des semaines de reprise.

Et enfin, yoga nidra / restaurateur puis relaxation… ils sont très bénéfiques quand on à été blessé et que les membres souffrent encore. Prendre conscience et respirer dans ces douleurs sont indispensables pour une récupération optimale.

Voici un lien sur une méditation guidée  qui vous aidera, il y en a plein de différents sortes sur la toile, je n’ai pas eu le temps de tout analyser et écouter mais celui-ci m’a fait beaucoup de bien.

 Have a great day ! ❤

 10_hills6

Publicités

Smooth la vie

Depuis quelques semaines, mon manque profond d’énergie le matin (et aussi parce-que je ne vis pas dans une grotte au sommet de la montagne, je lis et je m’informe quand même…) m’a poussé à me mettre aux smoothies.

« SMOOTHIES, moi aussi !  » (ohalalalala, elle a osé)

Des bons hein, faits maison! Pas les machins bourrés de sucre et de colorants qu’on trouve chez Star***** ou dans le commerce (même si aussi, il y en a des très bien dans les magasins bio)… Alors oui, je n’en suis pas encore au « juicing », la nouvelle folie venue d’outre-atlantique qui a bien des effets positifs sur la santé. Mais on en reparlera ….

Bref, pour en revenir aux smoothies. Si vous n’avez pas comme moi le dernier extracteur de jus pression à froid qui coûte 400 balles, et que vous avez un tout simple blender, et bien je pense que ce petit post pourra vous inspirer 🙂

Je partagerai d’ailleurs régulièrement ici des petites recettes de saison!

En général donc, moi ce que j’aime faire pour 2 portions c’est mélanger :
2-3 fruits frais (dont un plus dense comme la banane ou la datte)
1 légume
1 super food
1-2 épices
un peu de liquide bienfaisant

(d’autres fois des noix, des fruits secs, ou des purées végétales… c’est selon l’humeur et l’envie)

En 2 minutes chrono, ton p’tit dej est ready et c’est un coup de boost assuré pour le reste de la journée (et pas faim jusqu’à midi: PROMIS).

Les plus :
– Un regain d’énergie assez surprenant
– Rapidité
– Les goûts Miam!
– Simplicité
– Peu onéreux si on compare aux prix dans le commerce, et ce même avec des produits BIO (de préférence de toute façon!)
– La légèreté d’un petit dej pas trop lourd qui va réconcilier les réfractaires à l’encas du matin.
– Une peau d’enfer (exit l’acné, rougeurs et autres boutons et points noirs / bonjour teint frais, radieux et peau de pêche toute douce)
– A long terme, quand même un effet positif sur les gonflements et la rétention d’eau (moi qui ai tendance à en faire, ces smoothies frais drainent un minimum et c’est plutôt agréable).

___

Un de mes favoris donc aujourd’hui : La Bomba Verde (mes smoothies maison, bien que n’étant pas originaux au boute ou méritant un brevet, auront, j’ai décidé : des noms féminins et brésiliens)

IMG_1967

1 banane
1 kiwi vert
50 gr d’épinards frais
3 comprimés de Spiruline (le super food)
1 jus de cirton
1 morceau de gingembre en lamelles
100 ml de lait d’amande Bio

Vavavoom et c’est prêt pour 2 grands verres!
Entre 100 Kcal et 200 Kcal par jus
++ Proteines / glucides et un peu de bons lipides

Si tu as vraiment faim : complète (après ton smoothie) avec 1-2 galettes de riz/maïs bio, un peu de cottage cheese et une poignée de noix et fruits secs.

DEPART pur une journée TCHOU TCHOU !!!

Bisous ❤

Blessure

Je me suis récemment fait très mal lors d’une pratique intense de Yoga à New York (et oui, c’est idiot hein? … qui l’aurait cru?).

Pour dépeindre un tableau un peu plus clair, il s’avère que depuis quelques années maintenant, je suis la lignée et enseignements de Dharma Mittra pour ma pratique au quotidien.

Dharma Mittra c’est un maître yogi de 75 ans passés, originaire du Brésil qui a ouvert une école de Yoga à NYC dans les années 70. Il forme des générations entières depuis plus de 40 ans, et il est encore capable de monter sur la tête sans l’aide de ses mains.

Quand j’ai eu l’occasion de passer un peu de temps dans la grosse pomme il y a quelques semaines, j’ai accouru au Dharma Center, situation idyllique au cœur de Manhattan, proche du Flat Iron Building. A 20$ la classe de 2h, j’aurais eu tort de me priver quand on connait les prix pratiqués en Suisse.

Ma douce moitié et moi nous sommes donc pointés en drop-in class comme des fleurs… Mais c’était sans savoir que c’était un cours destiné aux profs de yoga, qui sont présents à l’année. Nous avons pris conscience du niveau déjà lors de l’échauffement. Mes congénères étaient déjà en scorpions et autres Hanumanasanas. Impressionnée, mais tout à fait prête à relever le défi, je suis partie dans mes Sūryanamaskāra. Pleine d’endorphines et mon corps malléable tel un métal chauffé à blanc, lors de Parivrtta Surya Yantrasana… crac, clac, pop. L’arrière de ma cuisse gauche lâche et non seulement je sens, mais j’entends la lésion.

Douleur intense, mais pas question d’arrêter, il reste encore les torsions et Savasana. Je finis tant bien que mal, j’oublie un peu la douleur et on repart arpenter les rues et les forêts de gratte-ciels. Sans compter qu’après cela, notre escapade américaine était suivie de 5  jours en terre québecoise, à Montréal. 7h de route, assise sur ma jambe endolorie et l’arrivée se fait sentir. Boiteuse. C’est juste une petite élongation! que je dis… (Tu parles!) Notre séjour se passe au top et je me dis qu’une pratique douce me fera le plus grand bien, après 3 journées de ballades à vélo et les heures de marches qui s’enchainent. (On est au Canada, on va pas faire les vieux, steuplait…)

11 heures d’avion plus tard et arrivée à Genève, reprise du boulot direct derrière = L’erreur totale. Pas le temps d’aller voir un docteur, je me dis bien que ça va passer. 2 semaines plus tard, je ne tenais plus sur ma chaise de bureau tellement la gène était puissante et le mal grandissant. Physio, rumatho en urgence :

–  » OUUUH ma p’tite dame, mais que se passe-t-il avec votre dos ?? « 

–  » Heu, mon dos j’sais pas, mais ma jambe… ouais, super mal! « 

Diagnostic : Nerf sciatique coincé et enflammé par une lésion (écrasement) de disque vertébral (condition présente depuis longtemps suite à de nombreux gadins sur route, glace, bitume, gravier à vélo, ski, snowboard et autres longboard –– j’ai eu une jeunesse assez casse-cou, je ne le cache pas.) YOUPI!

Résultat : Arrêt total de toute activité sportive et repos (pour moi cela équivaut à dire : tu vas en enfer et tu remontes pas).

Donc on ne peux pas se blesser en faisant du Yoga = Légende Urbaine.
Mais, merci le Yoga !! Car il m’a sauvé pendant toutes ces années. Effectivement, la musculature de mon dos, tonique et puissante acquise depuis ces longues années de pratique ont prévenu, supporté et compensé les douleurs et les faiblesses dues à ce défaut… et donc passablement repoussé l’échéance de l’accident à plusieurs années.

Mais bon au bout d’un moment, quand on tire trop sur la corde, le corps dit STOP! Et moralité de l’histoire : il FAUT (quand-même) s’écouter, rester humble dans sa pratique et surtout ne pas laisser l’égo nous surpasser! Ce fut, après 5 ans, ma première véritable leçon d’humilité. Merci donc, Yoga. Tu me rends meilleure chaque jour.

Une belle journée! ❤

Welcome back,

Salut à tous,

J’avais laissé ce blog de coté. Depuis plusieurs années en fait… J’ai curieusement envie de m’y remettre sérieusement cette fois. Ma vie d’adulte à commencé, et les projets fusent… prennent une forme de plus en plus définie. J’arrive à cet âge ou on est désormais plus sûrs de ce qu’on attend de la vie, où on est mieux dans sa peau, ou on est plus humbles et plus doux avec nous-mêmes, sans pour autant laisser de côté une certaine exigence.

Le Yoga a pris une place très importante dans mon quotidien, et j’aimerais partager –grâce à cet outil ultra tendance et actuel qu’est le blog– des pensées et échanger sur mon expérience, ma pratique de tous les jours, mes questionnements et mes « principes » de vie. Ce à quoi je crois profondément, ce qui m’interroge, ce qui m’anime.

Des tuyaux culinaires, des recettes, de la beauté, du « healthy living », des coups de coeur, des enchainements de postures et aussi mais surtout, des images. En espérant que cela vous parle et vous inspire.

 

A vite,

AC

kakasana